1. Quelle est sa situation géographique ?

Le Cambodge est un pays d’Asie du Sud-Est, peuplé d’environ drapeau cambodge15 millions d’habitants et dont la capitale est Phnom Penh. Les citoyens de ce pays portent le nom de Cambodgiens ou de Khmers en référence à l’ethnie khmère qui occupait le territoire à l’origine. Ils sont majoritairement bouddhistes (96%).

Le Cambodge est entouré par la Thaïlande, le Laos et le Viêt Nam. Sa superficie est de 181 035 km2 et sa bordure maritime, longue de 443 km, donne sur le golfe de Thaïlande. Il possède trois grandes chaînes de montagnes : celle de l’Éléphant au sud, celle des Cardamomes à l’ouest et la Cordillère Annamitique à l’est.

Le Cambodge est traversé du Nord vers le Sud par le fleuve Mékong. Plus à l’Ouest se trouve un système hydrologique complexe combinant une rivière et un lac. L’ensemble porte le nom de « Tonlé Sap » (« Grande rivière d’eau douce » en khmer) et se draine vers le Mékong de Novembre à Mai. A la saison des pluies, en raison notamment de la faible altitude du pays (en grande partie au niveau ou sous le niveau des fleuves), le courant du Mékong se renverse et s’écoule vers le Tonlé Sap dont le volume peut alors être multiplié par 70. Sur la rive Nord-Est du lac se trouve la ville de Siem Reap, capitale de la province du même nom. Elle compte près de 200 000 habitants et se situe à quelques 300 kilomètres de Phnom Penh.

 

         2.  Quelle est sa situation politique ?

Le Cambodge actuel se veut l’héritier de l’empire Khmer qui dominait la majeure partie de la péninsule indochinoise au XIIe siècle. S’en suivra un long déclin au profit de la France qui, à la suite de la signature d’un traité de « protectorat » en 1863, intègre le Cambodge à l’Indochine française. Le pays retrouve son indépendance en 1953 à la suite de la guerre d’Indochine.

Devenu une monarchie constitutionnelle dirigée par le roi Norodom Sihanouk, le pays est très vite confronté à l’insurrection des Khmers Rouges, un mouvement communiste maoïste, qui mène une véritable guerre civile avec le soutien massif de la Chine. En 1975 les Khmers Rouges prennent le pouvoir et instaurent une politique maximaliste extrémiste, visant notamment à purifier le pays de la civilisation urbaine et bourgeoise. Les villes sont vidées de leurs habitants, envoyés en rééducation dans les campagnes. Les anciennes élites sont traquées systématiquement, reconnues parmi la population car parlant des langues étrangères ou portant des lunettes (par exemple).  Cette traque ajoutée aux mines placées par les deux camps, à la malnutrition et aux maladies, aboutissent à des massacres de masse et à une catastrophe humanitaire d’origine politique qui a fait environ 1,7 million de victimes directes et indirectes.

S’en suit des années de conflits entre socialistes, khmers et autres royalistes qui mettent le pays à feu et à sang.  Aujourd’hui le fils du roi Sihanouk est au pouvoir au sein d’une monarchie constitutionnelle mais beaucoup de choses restent encore incertaines dans ce pays.

 

       3.   Quelle est sa situation économique ?

L’économie du Cambodge souffre d’une corruption très importante (pays classé 157e sur 176 de l’Indice de perceptions de la corruption en 2012). De nombreux trafics en direction des pays voisins (pierres précieuses, bois, filières de prostitution, drogues) et un système judiciaire de qualité médiocre pénalisent le développement économique.

Cependant au cours de la décennie 2000-2010, l’économie cambodgienne a été de loin la plus dynamique de l’Asie du Sud-Est avec un taux de croissance annuel moyen du PIB de 8 % entre 2000 et 2007. Ceci est essentiellement le résultat du fort développement du secteur touristique et de l’explosion des exportations de produits textiles. Néanmoins, malgré ses bons résultats économiques, le pays demeure très largement dépendant de l’aide internationale qui représentait 10 % du PIB en 2009.