1. Quelle est sa situation géographique ?

Enclavé entre la Chine, le Vietnam, le Cambodge, la Thaïlande et le Myanmar, le Laos est un pays très peu peuplé et extrêmement pauvre. Réunissant 6,3 millions d’habitants, le Laos a la densité la plus faible de la région, 26 habitants au km². Les populations sont installées essentiellement dans les plaines et les vallées, près de 40% vivent dans les trois grandes plaines de Vientiane, Savannakhet et Champassak.

D’une superficie de 236 800 km², le Laos est relié à la Thaïlande par trois ponts de l’amitié enjambant le        Mékong à Vientiane, Thakhek et Paksé.Situation éco

La Province de Khammouane se situe au centre du Laos, dans la partie la plus étroite du pays.  C’est une zone de forêts et de moyenne montagne qui descend vers la vallée du Mékong et la fertilité de ses sols rend propice la culture de riz, de chou, de canne à sucre, de banane, etc.

D’une superficie de 16 315 km², elle compte 360 000 habitants, soit une densité plus faible que celle du pays, 22 habitants/km².

 

    2. Quelle est sa situation politique ?

Surnommé le Royaume au million d’éléphants, le Laos, longtemps divisé entre les royaumes de Vientiane et de Luang Prabang, fut un protectorat français de 1893 à 1945, date de son indépendance. Entraîné dans les soubresauts de la guerre du Vietnam, le Laos a connu un grand nombre de bombardements.

En 1975, le Pathet Lao (parti communiste Lao) prend le contrôle du pays et met fin à six siècles de monarchie. Il institue un régime socialiste strict, très proche du régime vietnamien. La République Démocratique populaire Lao est donc une république socialiste à parti unique.

Le retour à la privatisation des entreprises et aux lois de libéralisation des investissements étrangers commence en 1986. Le Laos est devenu membre de L’ASEAN en 1997. La Réunion Asie-Europe, réunissant l’Union européenne et l’ASEAN a eu lieu à Vientiane en novembre 2012.

 

   3.  Quelle est sa situation économique ?

Le Laos est l’un des pays les plus pauvres du monde et survie en grande partie grâce à l’aide internationale qui représente près de 10% de son PIB. Son économie s’appuie en grande partie sur son agriculture, mais aussi sur l’hydroélectricité et les mines destinés à l’exportation.

La plupart des districts de Khammouane sont très pauvres, réunissant des villages agricoles où la subsistance alimentaire n’est pas assurée tout au long de l’année. Les autorités locales ont financé des constructions d’écoles primaires mais il manque beaucoup de classes et surtout des écoles maternelles.

Sur le plan sanitaire, un important pourcentage d’enfants présente un retard de croissance. Les enfants ne bénéficient d’aucun suivi médical régulier. Peu de villages comptent un centre de santé qui lorsqu’il existe ne dispose pas du matériel et du personnel nécessaire.